"Marchands-merciers" : le marché du luxe en France au 18e siècle et la mondialisation du commerce de l'art

Exposition
Courtesy of Galerie Kugel © Guillaume Benoit

Courtesy of Galerie Kugel © Guillaume Benoit

Courtesy of Galerie Kugel © Guillaume Benoit
Courtesy of Galerie Kugel © Guillaume Benoit
Villa Albertine Headquarters
972 Fifth Avenue
New York, US 10075
Du 4 au 8 mai 2022
En partenariat avec la Galerie Kugel, Paris, la Villa Albertine accueille du 4 au 8 mai 2022 une exposition exceptionnelle, mettant en lumière le rôle des "marchands-merciers" dans le marché du luxe et des arts décoratifs en France au 18e siècle. Entrée libre.

Rassemblant plus de 30 œuvres, pièces de mobilier et objets d'arts réalisés par les artistes et artisans les plus talentueux du 18e siècle, cette exposition met en lumière le rôle centrale des "marchands-merciers" parisiens, faiseurs de goût et ambassadeurs de l'art français et de l'art de vivre "à la française", qui ont fourni aux souverains et à la haute aristocratie européenne des pièces aussi rares que précieuses et ont contribué à modeler le goût français et à le promouvoir bien au-delà de Paris et des frontières nationales. 

Fruit d'un partenariat transatlantique avec la Galerie Kugel, cette exposition, qui se tient en parallèle de la TEFAF New York, offre un regard renouvelé sur les arts décoratifs et le marché du luxe de la France du 18e siècle. Dans la lignée des missions de la Villa Albertine, œuvrant à la promotion des arts et des idées entre la France et les États-Unis, elle se fait l'écho à travers le prisme du passé des questions d'influence culturelle et de mondialisation des arts, déjà à l'œuvre au 18e siècle.

Les "marchands-merciers" étaient les faiseurs de goût du marché de l'art et du luxe dans la France du 18e siècle. Désignés par Denis Diderot dans l'Encyclopédie comme des "marchands de tout et faiseurs de rien", ils appartenaient à une puissante corporation et ont lancé les modes et tendances artistiques qui définissent aujourd'hui l'art français de leur époque. Faisant importer à Paris des matériaux et objets précieux du monde entier - bois exotiques d'Afrique et des Amériques, porcelaines et laques de Chine et du Japon -, ils collaboraient avec les meilleurs artistes et artisans parisiens, accompagnant la création de meubles et d'objets d'arts d'un goût nouveau pour une clientèle prestigieuse, parmi lesquels les roi de France, la marquise de Pompadour ou la reine Marie-Antoinette.

Tout à la fois négociants, importateurs, collecteurs, concepteurs et décorateurs, ces "marchands-merciers" ont été au cœur de l'essor de l'industrie du luxe en France au 18e siècle et ont participé activement à l'une des premières manifestations de la mondialisation des arts. Ils étaient également actifs sur le marché de seconde main, achetant des collections aux enchères et agissant comme agents artistiques pour leurs clients, se procurant peintures et sculptures dans toute l'Europe.

Courtesy of Galerie Kugel © Guillaume Benoit

Courtesy of Galerie Kugel © Guillaume Benoit

À travers la présentation de plus d'une trentaine d'œuvres, dont la préciosité n'a d'égale que le nom de leurs créateurs et de leurs propriétaires, cette exposition revient, selon un fil chronologique, sur le parcours de quelques-uns des marchands les plus influents du 18e siècle, tels Laurent Danet (vers 1650 - 1720), fournisseurs d'objets précieux pour le roi Louis XIV et son fils, le Dauphin ; Lazare Duvaux (actif entre 1748 et 1758), qui jouissait d'une relation privilégiée avec la marquise de Pompadour ; ou Dominique Daguerre (actif entre 1777 et 1796), l'un des plus grands marchands de la fin du 18e siècle, qui a largement contribué à diffuser le goût français en Angleterre.

Capturant l'essence de l'une des premières manifestations de la globalisation des arts - lorsque le meilleur du génie artistique français s'est confronté à des matériaux précieux et des traditions artistiques du monde entier, cette exposition se fait l'écho également de débats d'actualité en illustrant comment la question des échanges artistiques internationaux étaient déjà en jeu au 18e siècle.

 

En lien avec l'exposition, la Villa Albertine organise un cycle de deux conférences :

 

Mercredi 4 Mai, à 18h

Les marchands-merciers et la naissance des stratégies commerciales au 18e siècle

Par Stéphane Castelluccio, directeur de recherche au CNRS, Centre André Chastel, Paris

Plus d'info ici |  RSVP via Eventbrite

 

Jeudi 5 Mai, à 18h

Les marchands-merciers à New York : chefs-d'œuvre des arts décoratifs français du 18e siècle de la Frick Collection

Par Marie-Laure Buku Pongo, Assistant Curator of Decorative Arts, The Frick Collection, New York

Plus d'info ici |  RSVP via Eventbrite

 

En partenariat avec

Galerie Kugel, Paris
Galerie Kugel

La Galerie Kugel, installée depuis 2004 dans l’Hôtel Collot, situé sur la rive gauche de la Seine en face de la place de la Concorde, est une étape incontournable des collectionneurs d'art, amateurs et conservateurs du monde entier. Nicolas et Alexis Kugel représentent la cinquième génération d’une famille d'antiquaires qui commence en Russie au début du 19e siècle avec Elie Kugel, collectionneur de pendules qui vécut plus de cent ans et persuada son fils Joseph de devenir horloger afin d’entretenir la collection familiale. Depuis 2015, Laura, représentant la sixième génération, a rejoint l'aventure.

 

Présentant des pièces datant de l'Antiquité au 19e siècle, la Galerie Kugel est la seule à offrir un aussi large éventail de spécialités. Le "goût Kugel" transmis depuis plusieurs générations est synonyme d’authenticité, de rareté et de qualité. Alexis, Nicolas et Laura Kugel accompagnent les amateurs dans leur passion et les aident à constituer leurs collections. Leur équipe d’historiens d’art, qui s’appuie sur une bibliothèque comportant plus de 20.000 ouvrages de référence, est reconnue pour ses recherches de provenances et la redécouverte de trésors perdus.